Accueil > Historique > article

2009 : bilan de la première année d'exploitation

diter

Un gros problème de timing !



  • Examen comptable

    • Ce premier exercice est à l’image de toute création d’activité : des charges nettement supérieures aux produits qui engendrent un déficit.
    • La raison est essentiellement due à l’importance des investissements, des frais d’installation, de structure et la création du stock préalable à toute démarche commerciale.
    • S'ajoutent à ces contraintes celles intrinsèques au secteur agricole, comme la météo, l'empilement des couches administratives, véritables freins à la création...ne fusse que de son propre emploi.
  • Il aurait fallu prévoir la récession en France dès avril 2007

    • La décision de création d’activité fut basée sur les résultats de l’Etude Prévisionnelle d’Exploitation (EPI) réalisée en juin 2008 avec l'ADASEA, elle-même établie sur la base de chiffres collectés depuis 2007.
    • L’évolution du chiffre d’affaire prévisionnel sur 5 ans ignorait alors l’entrée en crise mondiale d’octobre 2008 ainsi que ses nombreux effets économiques direct et indirects sur l’exploitation.
    • Les conséquences sont visibles sur plusieurs postes et affecteront très probablement les prochains exercices
  • Il faut savoir se passer des banques

    • Cette perspective de récession aura pour effet le désengagement du crédit agricole, qui refusera, malgré le PDE, l’octroi d’un prêt bonifié à 2,5% pour la réalisation de la structure de commercialisation. Le banquier n’aura même pas la politesse de motiver son refus en décembre 2008.
    • La trésorerie  personnelle de l’exploitant servira donc à pallier au désengagement des banques, au détriment d’une commande importante de végétaux qui aurait pérennisé le démarrage de l’activité.
    • Pour information, pour un capital emprunté de 150 K€, la banque demandait pourtant l’hypothèque sur un bien qui en vaut le triple. Comment peut-il y avoir une crise du crédit, quand les banques facturent des risques qu'elles ne prennent pas, lorsqu'elles se garantissent largement au delà du capital emprunté  ?
  • Il faut savoir attendre les aides promises

    • Comme prévu, l’activité est déclarée en janvier 2009. Il est essentiel pour une pépinière de clôturer ses achats végétaux en février pour répondre présent au redémarrage de la végétation du printemps, période également de la commercialisation.
    • Dans notre cas, le premier versement de la dotation, octroyée dès le 8 décembre 2008 en CDOA, ne s’effectuera que 4 mois plus tard…soit un délai moyen d’un mois pour chaque administration intermédiaire.
    • Malgré la compréhension de certains fournisseurs réglés sur la trésorerie personnelle de l’exploitant, les gros achats de végétaux nécessaires au bouturage de la production hors-sol se feront l’année suivante, les grosses chaleurs estivales ne sont pas une période propice pour mettre en terre ou en petit litrage. Le temps perdu ne se rattrape plus.
  • Il faut supporter l’accumulation d’erreurs administratives

    • Administration toujours lorsque, en novembre 2008, un permis de construire est déposé pour la réalisation du hangar agricole. L’objectif est de disposer d’un espace de stockage, d'un atelier, d'un point de vente, de départ des programmations d’électrovannes, de la fertirrigation, etc.…et surtout cette première année, des cuves de vinification. Hélas, le relevé parcellaire d’exploitation établi par la MSA prendra en compte la superficie de la parcelle restée au vendeur et non pas celle exploitée. Cette erreur tient au fait que le cadastre, 1 an après la vente, n’a toujours pas actualisé les numéros de parcelle. La DDA rejettera donc une première fois la demande de permis pour superficie exploitée insuffisante.
    • La météo pluvieuse comme elle ne l’a jamais été depuis 5ans, retardera aussi la possibilité de rentrer avec un tracteur sur la surface "de plein champ". Il faudra attendre le 17 février pour rentrer sans créer d’ornières ni embourber le tracteur.
    • Une demande d’inspection de la surface cultivée sera déposée en main propre à la MSA de Hyères le 18/02 et mettra 1 mois pour monter d’un étage, au bureau des contrôleurs où ma demande sera saisie sur leurs ordinateurs le 15/03. Le nouveau relevé parcellaire ne sera pas établi avant avril !!!
    • Avec le retard pris, l’instruction du permis devra être reprise dans sa totalité, avec des lois qui ont changé depuis février 2009, le délai annoncé est de trois mois avant décision...
    • La vinification et la vente ne pourront pas encore se faire cette année sur l’exploitation. Le raisin sera vendu 0,32€ du kilo en vendange fraîche au lieu des 2€ du litre vinifié.
  • Il faut avoir quatre bras

    • Sans financement bancaire, la trésorerie se ventile sur les postes les plus urgents.
    • L’exploitant se trouve devoir assumer la réalisation du hangar en plus de l’activité viticole, tout en installant l'activité horticole.
    • L’échéance est reportée de 3 ans pour permettre la transformation des produits de l’exploitation, ne serais-ce que le vin, pour accueillir les premiers clients sur ce segment.

admin 31 décembre 2009 historique aucun commentaire





Laissez-nous votre commentaire

Quelle est la quatrième lettre du mot almgo ? :
© Domaine de Belleroche 2004 - 2021