Technique

Toutes les plantes  Base Botanique  Base technique  le sol  fertilisation   irrigation   multiplication   maladies

Mildiou

Préventif

  • mesures prophylactiques limitant le développement du champignon. :

    • Eliminer tous les rejets (pampres à la base des souches, les semis de pépins,…) qui favorisent l'installation des foyers primaires et participent au démarrage précoce de l'épidémie
    • réaliser des rognages réguliers pour éliminer la jeune végétation très sensible au mildiou et permettre à la pulvérisation d'atteindre plus aisément sa cible.
    • éviter la formation des mouillères en réalisant un drainage du sol

Curatif

  • Familles de molécules
    • pour le zoxamide, aucune dérive de sensibilité du mildiou n’est décelée

    • pour les QoI (azoxystrobine, famoxadone, fénamidone et pyraclostrobine), les résultats confirment que la résistance est généralisée et que, dans une grande majorité des parcelles échantillonnées, la fréquence des souches résistantes est élevée (supérieure à 80 %). La comparaison avec 2003 révèle un maintien de la résistance à un haut niveau alors que l’utilisation des fongicides à base de QoI dans la lutte contre le mildiou est faible

    • pour les anilides (bénalaxyl, méfénoxam), la résistance demeure bien implantée dans le vignoble français. Cependant, une légère amélioration de la situation par rapport à celle observée en 1999 est constatée. Ainsi en 2008, 30 % des populations de mildiou analysées contiennent moins de 10 % de souches résistantes alors que de telles populations étaient peu présentes en 1999. A partir de 2009, le bénélaxyl-M (ou chiralaxyl, isomère actif du bénalaxyl, également du groupe des anilides) sera présente sur le marché

    • pour la famille de CAA (regroupant diméthomorphe et iprovalicarbe) nous observons une progression de la résistance dans différents vignobles (notamment Charentes, Pays de Loire, Bourgogne, Champagne et quelques vignobles du Sud-Ouest). Pour certains d’entres eux, la proportion de populations sensibles passe sous la barre des 50 %. Dans les vignobles de la façade atlantique une progression avait déjà été notée en 2007. En Provence et Armagnac, les résultats des analyses confirment une forte implantation de la résistance. L’utilisation assez fréquente des fongicides à base de CAA en 2007 et 2008 dans des conditions souvent difficiles (présence de mildiou) peut avoir contribué à cette évolution de la résistance. Ce résultat conduit à insister sur l’importance du respect strict de la limitation annuelle de l’emploi des spécialités contenant des CAA pour préserver cette famille. En 2009, deux nouvelles substances actives (benthiavalicarbe et mandipropamid) viennent compléter ce groupe. Les spécialités contenant ces molécules doivent bien évidemment être prises en compte dans le dénombrement des applications à base de CAA.

  • Il faut veiller à limitation annuelle des applications des fongicides d'un même groupe chimique et l'alternance sur la campagne des fongicides appartenant à des groupes différents. Ces mesures simples ont pour objectif, d'une part, de prévenir ou contenir les phénomènes de résistance et d'autre part de garantir l'efficacité des spécialités déjà concernées par la résistance. Dans le tableau ci-après, les fongicides anti-mildiou sont classés par groupes chimiques ne présentant pas de résistance croisée entre eux.

  • Groupes chimiques

     

    Délai entre traitements (1) Observations
    Risques faibles à moyens Risques élevés à exceptionnels
    Spécialités à base de fongicides de surface (ou de contact)
    1 captane, folpel, mancozèbe, manèbe, métirame-zinc, propinèbe, sels de cuivre maximum 10 jours à adapter selon la pluviosité et la croissance de la vigne Réduire, si nécessaire, l'intervalle entre traitements en période de croissance active de la végétation ou en cas de lessivage (20 - 25 mm d’eau). Ces matières actives "multi-sites" ne sont pas concernées par les phénomènes de résistance.

    Spécialités "pénétrantes"

    2 Spécialités à base de cymoxanil + fongicide(s) de surface 10-12 jours 10 maxi si risques élevés, 6-8 jours si risques exceptionnels Une dérive de la sensibilité du mildiou au cymoxanil existe dans les vignobles français depuis plusieurs années et il est probable que l'efficacité des spécialités à base de cymoxanil soit conditionnée par la nature et la dose du (des) partenaire(s) associé(s). Par précaution, veiller à ne pas construire un programme anti-mildiou s'appuyant uniquement sur des produits contenant du cymoxanil.
    3

    Spécialités à base de CAA diméthomorphe + fongicide de surface iprovalicarbe + fongicide de surface benthiavalicarbe + mancozèbe mandopropamid + fongicide de surface

    10 à 14 jours en fonction de la spécialité et du stade de la vigne 10 jours maxi Des populations de mildiou résistantes aux CAA sont décelées dans la plupart des vignobles. Dans les parcelles où la résistance est fortement installée, l'efficacité des spécialités à base de CAA est directement liée à la nature et à la dose du partenaire associé. Une limitation annuelle à 3 traitements doit être strictement respectée pour l'ensemble des spécialités contenant ces substances actives.
    4 Spécialités à base de zoxamide + fongicide de surface 10-12 jours 10 jours maxi Aucune dérive de sensibilité décelée à ce jour. La notification d'autorisation de mise sur le marché intègre une limitation à 3 applications maximum par an.
    Spécialités à base de QoI
    5

    azoxystrobine, famoxadone ou pyraclostrobine + fongicide de surface (+ cymoxanil)

    énamidone + fosétyl Al

    Retenir le délai de la (ou des) substance(s) active(s) associée(s) La présence généralisée et persistante de la résistance rend sans intérêt l'emploi des substances actives de cette famille dans la lutte contre le mildiou. Dans ce contexte, l'efficacité anti-mildiou des spécialités à base de QoI est souvent exclusivement liée à la nature et à la dose du (ou des) partenaire(s) associé(s).
    Spécialités "systémiques"
    6 Spécialités à base de fosétyl Al + fongicide de surface (+cymoxanil) 14 jours 10-(12) jours Aucune dérive de sensibilité identifiée à ce jour. Leur valorisation est optimale si leur emploi intervient durant la période de croissance active de la vigne. Pas de restrictions particulières sinon le respect des principes généraux d'emploi des "anti-mildious".
    7

    Spécialités à base d'anilides

    - bénalaxyl + fongicide de surface

    - bénalaxyl-M + fongicide de surface

    - méfénoxam + fongicide de surface

    10-14 jours 10-(12) jours La résistance aux anilides reste fortement implantée dans tous les vignobles français. Dans ces conditions, l'intérêt de cette famille dans la lutte anti-mildiou est limité et l'efficacité des spécialités à base d'anilides est souvent directement liée à la nature et à la dose du partenaire associé. L’utilisation de ces associations doit être restreinte (1 à 2 traitements maximum par an). Leur emploi en curatif, sur mildiou déclaré ou en pépinières est à proscrire.

diter admin 06 janvier 2014 maladies aucun commentaire




Laissez-nous votre commentaire

Quelle est la dernière lettre du mot eoaeq ? :
© Domaine de Belleroche 2004 - 2021